ICI

Position des 4 principales écoles sunnites au sujet des espèces animales autorisées à la consommation

jeudi 12 janvier 2012

Comme nous l’avons vu dans plusieurs textes précédemment publiés, la consommation halal et plus particulièrement la consommation des viandes halal ont une certaine importance dans la vie du musulman.

Ainsi, chaque musulman se doit de connaître les espèces qui sont considérées comme licites à la consommation et celles qui sont haram.

Or, il existe de nombreuses divergences à ce sujet et il est parfois difficile de s’y retrouver.
Les escargots, les grenouilles, les crustacés,… sont autant d’espèces au sujet desquels une question revient régulièrement : est-ce vraiment halal ?

Le Coran donne l’essentiel des grands interdits alimentaires à travers trois versets, dont le suivant :

« Dis : “Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que ce soit la bête (trouvée) morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc – car c’est une souillure – ou ce qui, par perversité, a été sacrifié à autre que Dieu.” Quiconque est contraint, sans toutefois abuser ou transgresser, ton Seigneur est certes Pardonneur et Miséricordieux. » [Coran 6/145]

Mais la plupart des juristes, à l’exception de certains savants malikites, considèrent que d’autres interdits existent. Ils se basent sur un certains nombres de récits prophétiques authentifiés qui interdisent par exemple la consommation des ânes, des rapaces, des félins, etc.

Voici une série de tableaux de synthèse des avis des quatre grandes écoles juridiques (reconnues comme les écoles de jurisprudence de référence de l’islam sunnite) concernant différentes espèces.

Ce tableau n’est pas exhaustif, mais il regroupe un éventail large d’espèces dont certaines ne sont pas communément consommées en France. Nous y avons tout de même fait référence, car cela pourrait intéresser des personnes amenées à voyager dans des pays concernés par l’alimentation de ces espèces :